Vous êtes ici
Accueil > Femmes Leaders > 29e pré-sommet sur l’intégration du genre : Plus de 300 participants rendent hommage à Fatoumata Siré Diakité 

29e pré-sommet sur l’intégration du genre : Plus de 300 participants rendent hommage à Fatoumata Siré Diakité 

« Investir dans les jeunes pour exploiter le dividende démographique », tel est le thème de la 29e réunion consultative du pré-sommet de l’UA sur l’intégration du genre débuté ce matin à Addis Abeba (Ethiopie).

La 29e réunion consultative du pré-sommet sur l’intégration du genre au sein de l’Union Africaine, a débuté ce dimanche 22 janvier et s’étendra sur deux jours. Elle est organisée par le GIMAC.

L’année 2017 apporte au réseau de la campagne « Le Genre est mon Agenda » (GIMAC), est une opportunité pour les initiatives visant les jeunes femmes. La commission de l’UA a désignée cette année, comme étant celle de la jeunesse. Elle le résume sous le thème : « Investir dans les jeunes pour exploiter le dividende démographique ». Ce thème s’inscrit dans le cadre de la décennie du développement des jeunes en Afrique (2009-2018) et de l’agenda 2063. Il aspire à construire une Afrique où le développement est axé sur les populations et s’appuie notamment sur le potentiel des femmes et des jeunes. Les enfants sont mis au centre des préoccupations.

L’envoyée spéciale de l’Union Africaine  sur les femmes, la paix et la sécurité et non moins Présidente de Femme Africa Solidarité Binéta Diop a, avant tout propos, tenu à rendre hommage à notre compatriote Fatoumata Siré Diakité. Une minute de silence a donc été consacrée à cette militante malienne des droits de femmes africaines.

La particularité de cette 29e session selon Mme Binéta Diop, c’est la présence massive des jeunes. Par conséquent, il est primordial d’avoir de l’influence sur les décisions qui seront lors du pré-sommet de l’UA. L’envoyée spéciale de l’organisation panafricaine informe qu’il existe plus de 1,8 milliards de jeunes dans le monde. Plus de 40% ont moins de 20 ans. « Parmi les jeunes, les jeunes femmes sont très peu considérées », dixit Binéta Diop. Elle suggère de répondre aux limitations structurelles. En effet, Mme Diop explique que les femmes ont de sérieuses difficultés à obtenir des financements alors qu’il est primordial de soutenir l’entreprenariat féminin.

Dr Abdalla Hamdok est le secrétaire exécutif par intérim de la commission économique des nations unies pour l’Afrique (CEA). Il explique qu’en Afrique, le défi de l’emploi est lié au taux de croissance démographique. « La population en âge de travailler (16-24 ans) a plus que triplé » selon le secrétaire exécutif qui ajoute que « en 2050, l’Afrique aura 38 des 40 pays les plus jeunes au monde. Elle présente aussi le risque de taux de croissance de chômage ». Par conséquent, Dr Hamdok pense qu’il faut songer à l’accès aux financements du marché. Il assure que la CEA fournira certaines bases de la dividende démographique.

Par ailleurs, le secrétaire général par intérim de la CEA soulève l’épineuse question de chômage et emploi des jeunes. De son point de vue, « les jeunes continuent de souffrir du manque d’emploi. Cela demande à revoir les politiques de travail et d’emploi ».

Dr Elma Ibrahim représentant la Présidente de la commission de l’UA déclare que : « les réunions du GIMAC sont importantes car elles permettent de faire en sorte que les voix des femmes soient entendues ». A l’endroit des jeunes femmes du continent, Dr Elma Ibrahim lance : «  Votre travail, votre engagement et votre solidarité permettront de changer l’Afrique de façon positive ». Et d’ajouter : « Les femmes n’ont pas été les miraculées ni bénéficiaires positives des divers changements intervenues. Elles se sont battues ». Des avancées significatives ont faites en matières d’autonomisation des femmes tels que : La charte africaine pour le droit des femmes et hommes, la déclaration solennelle de l’UA pour le droit des femmes…Néanmoins, des discriminations continuent selon Dr Ibrahim. Cela dans des domaines comme la politique, les conflits armés, les violences conjugales et bien d’autres. Pour finir, Dr Elma Ibrahim déclare : « Les droits des femmes sont des droits humains. Nous devons investir dans les jeunes femmes, filles et garçons afin de leur permettre de réaliser leurs rêves et potentialités ».

Togola Hawa Séméga

Depuis Addis Abeba

 

Top