Vous êtes ici
Accueil > Femmes Leaders > ACTIVISTE DES DROITS DES FEMMES : FATOUMATA SIRE DIAKITE DEPOSE LES ARMES A JAMAIS

ACTIVISTE DES DROITS DES FEMMES : FATOUMATA SIRE DIAKITE DEPOSE LES ARMES A JAMAIS

La militante féministe et activiste profondément versée dans la lutte pour la promotion des droits des femmes et filles, Fatoumata Siré Diakité a perdu le combat contre la maladie. La brave dame a rendu l’âme vendredi dernier à Paris (France).

Fatoumata Siré Diakité était de profession enseignante. Elle dispensait des cours d’anglais au lycée. La militante des premières heures de la promotion féminine est née à Bamako il y a plus d’une soixantaine d’années. Elle fera son enfance à Kati (à une dizaine de km de Bamako) où elle a fit cycle fondamental avant de poursuivre son cursus scolaire au lycée des Jeunes filles de Bamako. Après le bac, Fatoumata Siré Diakité fait son entrée à l’école normale supérieure et y décroche une maitrise en anglais. Elle exercera le métier d’enseignant pendant de nombreuses années.

En 1991, elle fonde et dirige l’Association pour le Progrès et la Défense des Droits des Femmes (APDF). Une association qui aidera des centaines de milliers de femmes, jeunes filles et enfants à sortir de situations assez difficiles. L’amazone Fatoumata Siré était connue pour ses prises de décisions en faveur de la protection des filles et particulièrement, la lutte contre l’excision.

L’ancienne ambassadrice du Mali en Allemagne était connue non seulement pour sa lutte au Mali, mais aussi en Afrique. Elle a d’ailleurs été Directrice exécutive régionale de la Coalition contre le Trafic des Femmes en Afrique. Pendant plus d’une trentaine d’années, Fatoumata Siré Diakité a été responsable syndicale, militante des droits fondamentaux et humains de la femme et de l’enfant, activiste et féministe africaine. Cette mère de trois enfants, disait détester l’injustice, l’abus de pouvoir et la méchanceté. Elle répétait à qui voulait l’entendre « Je suis respectueuse des valeurs culturelles et religieuses positives favorables à la promotion et à la protection de la femme dans tous les domaines ». Mais pas que cela, la maman des personnes démunies défendait corps et âme, une justice équitable en faveur des femmes et des enfants.

Distinctions honorifiques pour une amazone

Compte tenu des nombreuses luttes qu’elle ne cesse mené depuis sa jeunesse, Fatoumata Siré Diakité a obtenue de nombreuses distinctions.

Elle a été chevalier de l’Ordre National du Mali et Chevalier de la légion d’Honneur de France. Fatoumata Siré a été classé par les 100 femmes qui font bouger le monde en 1995 par le journal français l’Express. En 1998, les Femmes de Rochester New York (USA) la classe  parmi les 100 héroïnes du monde. L’année suivante, c’est au tour de The American Biographical Institute (ABI) de la désigner comme étant la Femme de l’Année.

En juillet 2000, Fatoumata Siré Diakité reçoit le Prix Aoua Kéïta pour la lutte en faveur de la promotion des Femmes au Mali.

H.S TOGOLA

Top