Vous êtes ici
Accueil > Femmes Leaders > Kayes : Alima DIAGOURAGA est la première femme maire de Yélimané

Kayes : Alima DIAGOURAGA est la première femme maire de Yélimané

Le nouveau maire de la Yélimané, prouve à que famille et politique peuvent faire bon ménage.

Née au Congo, Alima DIAGOURAGA après un bref passage sur les bancs de l’école au Congo, s’est retrouvée avec son mari et ses enfants à Diafounou Diongaga, une commune situé dans le cercle de Yélimané dans la région de Kayes. L’Amour et la politique font bon ménage. Amoureuse de la politique depuis son jeune âge, Alima DIAGOURAGA entreprend le chemin de concrétisation de ses rêves et s’est vite retrouvée conseillère dans sa commune. Durant 7 ans, elle a su offrir aux Diafounouko (habitant de Diafounou en langue vernaculaire soninké) une relation personnalisée, basée sur la proximité, l’honnêteté et la transparence. ‘’La transparence dans la gestion au sein du bureau communal passé, m’a permis d’avoir rapidement la confiance de la population de Diafounou Diongaga’’ nous confie le maire Alima Diagouraga en soninké avec un accent lingala.

Unanimité au 1er tour forte d’un bilan personnel favorable dans la gestion communale en tant que conseillère, aucun autre conseiller de Diafounou Diongaga n’aurait pu faire face à elle. Elle devient pour la première fois, tête de liste du parti de l’Union Malienne du Rassemblement Démocratique Africain (UM-RDA) dans le cercle de Yélimané. Message de campagnes et les promesses tenus ont été convainquant. Entendu par la population de Diongaga, Alima Diagougara devient dès le premier tour, la première femme maire du cercle de Yélimané devant les 3 autres listes en compétition. Elle siègera cinq ans à la tête de la municipalité de Diongaga.

Apres les élections communales du 20 novembre 2016, Alima DIAGOURAGA multiplie les rencontres avec des partenaires nationaux et internationaux à Kayes comme à Bamako. Elle aimerait « transformer sa commune en un immense chantier. Des centres de santé, des écoles, des terrains de jeux pour les jeunes seront en construits si tout va bien ». La gestion de la commune à l’image de celle de la famille. « Tout est une question d’amour et de confiance, l’estime de soi. Ma gestion communale ne peut pas m’empêcher de prendre soin de ma famille », dira madame le maire lors de notre entretien. Un maire ne doit selon elle, pas rester entre les quatre murs pour signer les dossiers. « Tout comme gérer la mairie de la même manière que l’on gère sa famille. Tu dois appliquer cette procédure de façon plus grande pour ta commune », conclura-t-elle.

Arouna SISSOKO

Depuis Kayes

Top