Vous êtes ici
Accueil > Femmes Leaders > La vision de l’UA pour 2017 : «Exploiter le dividende démographique par l’investissement dans la jeunesse»

La vision de l’UA pour 2017 : «Exploiter le dividende démographique par l’investissement dans la jeunesse»

En prélude au sommet de l’Union Africaine, le GIMAC et ses partenaires forment les jeunes filles leaders du continent sur l’autonomisation des filles et femmes du 21 au 27 janvier en Ethiopie.

La vingt-neuvième (29e) session de la réunion consultative du pré-sommet du GIMAC, en harmonie avec le thème de l’UA, se tient du 21 au 27 janvier 2017 à Addis Abeba (Ethiopie). Cette session vise à répondre et à renforcer la sensibilité aux questions de genre des engagements pris dans le cadre de l’Agenda 2063 et d’autres instruments de l’UA en ce qui concerne la déclaration solennelle. Et de sensibiliser le sommet de l’UA 2017 dédié aux jeunes avec une perspective sexo-spécifique.

Une vingtaine de jeunes filles venues d’une dizaine de pays africains sont réunis à Addis Abeba en prélude au sommet de l’UA sur l’autonomisation économique des femmes et filles. Co-organisé par World YWCA, Plan international, FAWE, GIMAC, Rozaria Memorial trust, Femnet et Onufemmes, la formation des jeunes filles et femmes africaines en plaidoyer a pour thème : « Exploiter la dividende démographique par l’investissement dans la jeunesse: donner aux jeunes, surtout aux jeunes femmes, un leadership et une participation civique ».

L’année 2017 apporte une opportunité remarquable pour les initiatives de la Campagne « Mon agenda (GIMAC) » en ce qui concerne les jeunes femmes. La Commission de l’Union Africaine a désigné 2017 comme l’année de la jeunesse, sous le thème «Exploiter le dividende démographique par l’investissement dans la jeunesse».

Ce thème s’inscrit dans le cadre de la décennie du développement de la jeunesse en Afrique (2009-2018) et de l’Agenda 2063 qui aspire à construire l’Afrique dont le développement est axé sur les populations, en s’appuyant sur le potentiel offert par les Africains. Particulièrement, les femmes et les jeunes sont concernés.

L’Agenda 2063 de l’Union Africaine affirme le potentiel de la jeunesse pour le développement de l’Afrique et appelle à l’autonomisation, au développement et à une participation accrue des jeunes pour souligner la nécessité de défendre l’égalité des sexes.

Binéta Diop est l’envoyée spéciale de l’UA pour la paix et la résolution de conflits, non moins directrice générale de Femme Africa Solidarité. Elle estime que : « la jeunesse peut aussi bien être un problème qu’une solution. C’est à nous de savoir l’exploiter et lui offrir les opportunités nécessaires pour s’affirmer ». Pour Mme Diop, nous pouvons exploiter nos talents pour transformer l’Afrique à travers la technologie. « Nous devons convaincre les leaders africains durant le sommet, sur la prise en compte et la participation de la voix de la jeunesse ».

Pour renforcer la mise en œuvre des engagements inscrits dans l’Agenda 2063, l’UA a adopté la Charte africaine de la jeunesse (AYC), le Plan d’action de la Décennie africaine de la jeunesse, la Déclaration de la jeunesse africaine sur le développement post-2015 et la Déclaration sur l’année 2015 de l’autonomisation et du développement des femmes vers l’Agenda 2063 pour l’Afrique.

Qu’est-ce que le GIMAC ?

C’est une importante campagne de la société civile africaine dédiée à la mise en œuvre de la Déclaration solennelle sur l’égalité entre les sexes en Afrique/SDGEA (2004) et aux domaines thématiques respectifs. Le réseau s’efforce de faire progresser la mise en œuvre des engagements et des objectifs énoncés dans le Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples sur les droits des femmes en Afrique/Protocole de Maputo (2003), la Déclaration et le Programme d’action de Beijing D’autres instruments relatifs aux droits de l’homme.

En préparation du Sommet des Chefs d’État et de Gouvernements de l’Union Africaine prévu les 30 et 31 janvier, le réseau GIMAC travaillera en étroite collaboration avec la Commission de l’Union africaine, les ministres en charge de la promotion féminine, les commissions économiques régionales et les entités de la société civile. L’objectif étant d’assurer l’inclusion de la voix des femmes dans l’agenda de la jeunesse et d’identifier les priorités d’action clés.

La 28e Session ordinaire de l’Assemblée de l’UA suit la 33e session ordinaire du Comité des Représentants Permanents de l’UA qui se tiendra du 23 au 25 janvier 2017 et de la 30ème session ordinaire du Conseil Exécutif de l’UA qui se tiendra du 26 au 28 janvier 2017.

Le FAWE est représenté aux forums éducatifs mondiaux et nationaux, y compris le Comité consultatif mondial de l’Initiative des Nations Unies pour l’éducation des filles (UNGEI), le Groupe de suivi du Plan d’action pour le genre du Commonwealth, la Campagne mondiale pour l’éducation et la Campagne « Mon agenda de l’Union africaine » (GIMAC), Comité de Pilotage.

Togola Hawa Séméga

Depuis Addis Abeba

Top